Arnaud Guignebert, toujours à 100 à l'heure

Comme il nous l’expliquait en début d’année, notre patient amputé fémoral Arnaud GUIGNEBERT vit une année riche en compétitions. Il a déjà accompli plus de la moitié de la Coupe de France PROMOSPORT, qu’il définissait en début d’année comme sa priorité. «  Ça se passe pas mal puisqu’on a fait un peu plus de la moitié du championnat : on a fait 5 courses sur 8. Les choses se sont plutôt bien passées jusque-là, je suis à peu près dans les objectifs que je m’étais fixé c’est-à-dire de rouler très proche des 20 premiers. Cette année, je ne découvre plus les circuits et mes résultats se sont améliorés par rapport à l’année dernière, j’ai gagné dix places en moyenne ».



Les 23h60 du Mans

Arnaud Guignebert vivra un autre temps fort de son année pour ce week-end du 14 juillet, alors qu’il participera à la course des 23h60 du Mans avec son équipage, le Team MRH 45 : « Les essais ont lieu vendredi et le départ de la course aura lieu le samedi à 15 heures pour une arrivée le jour suivant à 15 heures également. Notre équipage n’est pas entièrement handisport mais il est mixte : il y a deux amputés fémoraux appareillés par PROTEOR, Benjamin Saglio et moi-même. Il y a un garçon qui a un blocage de la cheville et une flexion de genou limitée qui a le même système d’adaptation de moto que nous. Et puis il y a deux pilotes valides. Nous sommes en tout cas le seul équipage handisport ».

Ce n’est pas la première participation du MHR 45 à cette compétition et l’équipage souhaite briller cette année : « On a comme objectif de bien figurer. L’année dernière, on termine 18ème sur 54 motos au départ avec un gros problème mécanique donc cette année, on espère vraiment améliorer ce résultat ».

La PMR Cup

Cette année, Arnaud Guignebert était également invité à prendre part à la PMR Cup, au circuit du Mans, en marge du championnat du monde de Moto GP : « C’est une course qui a été créée pour les pilotes qui ont une licence avec restriction et qui n’ont donc pas accès à la compétition avec les valides. Il y a des paraplégiques, des hémiplégiques, des amputés également qui ne se sentent pas de courir avec les valides et de multiples types de handicap. Donc il y a des manches françaises et deux manches internationales, dont celle du Grand Prix de France à laquelle j’ai pris part. J’ai eu la chance d’y être invité car normalement je n’y ai pas droit puisque je cours avec les valides. Au final, ce fut un moment de partage et d’émotions très agréable ».

Un moment d’autant plus agréable qu’Arnaud Guignebert, passionné de deux roues, a eu la chance de courir en même temps que les grandes stars de la Moto GP, la compétition la plus prestigieuse au monde : « C’était magique car on était intégrés avec tous les compétiteurs du Moto GP. Quand on a fait nos qualifications et nos courses, on se retrouvait devant les box des grandes écuries. Tous les pilotes et les mécanos étaient présents, Valentino Rossi nous a offert des casquettes dédicacées. On a roulé sur un circuit plein, même dans les tribunes. Il y a eu une très bonne communication sur l’événement et les tribunes sont restées quasi-pleines ».

Invité à participer à cette manche, Arnaud Guignebert n’entend pas s’inscrire dans cette compétition sur le long terme : « Non, il faut absolument que cette coupe reste pour les gens qui n’ont pas accès aux autres compétitions sinon ils ne pourront jamais rouler en compétition. Moi, j’ai la chance de pouvoir courir avec les valides donc je ne vais pas venir perturber ce championnat qui va devenir un vrai championnat international. Mais j’y retournerai en invité, l’année prochaine ».

L’Easy Ride

Enfin, ce week-end, sur le circuit international de karting du Mans où se tiennent les 23h60, Arnaud Guignebert recevra la visite d’une personne de notre centre d’orthopédie de Tours : « Il me livrera ma prothèse équipée d’un Easy Ride, en vue de mon prochain test le week-end du 12 août où je pars faire du VTT. Apèrs mon essai en ski l’hiver dernier, j’ai décidé de me le financer et donc je voulais très vite faire du VTT. Le 12 août je pars faire du vélo de descente en Suisse. Et puis la semaine suivante, je vais faire une randonnée en autonomie, faire environ 40 kilomètres sur deux jours avec ma prothèse de vie cette fois ».

Informations légales Petit lexique Plan du site Archives © 2015 PROTEOR - Tous droits réservés - Reproduction même partielle interdite